Groupe Trigano

  • Groupe Trigano
  • Entretien avec François Feuillet

Le chiffre d’affaires de Trigano a très légèrement progressé en 2018/2019 alors que vos parts de marché sont stables sur un marché européen en bonne croissance. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

François Feuillet : En effet, les immatriculations de camping-cars neufs ont progressé dans tous les pays d’Europe sauf en Norvège et en Suède. Toutefois les réseaux de distribution ont réduit leurs stocks afin d’éviter d’avoir à accorder des remises sur les anciennes motorisations (Euro 6b) après l’arrivée de nouveaux châssis moins polluants (Euro 6d). Ce phénomène explique le décalage marqué entre la progression du nombre d’immatriculations des marques de notre groupe et l’évolution de notre chiffre d’affaires. Pour expliquer la stagnation de nos parts de marché, il faut prendre en compte l’effet mix défavorable pour Trigano résultant du différentiel de croissance entre le marché allemand et le reste de l’Europe. En effet notre présence en Allemagne est encore significativement moins importante que dans les autres pays Européens. Au-delà de cela, les réseaux de distribution disposaient d’un niveau de stock de véhicules Euro 6b de nos marques bien inférieur à celui des produits concurrents. 

Le Brexit est, à juste titre, une préoccupation pour de nombreuses entreprises. Pouvez-vous nous détailler les enjeux et les conséquences éventuelles pour Trigano ?

François Feuillet : Notre exposition au marché britannique est importante puisque nous y réalisons plus de 15% de notre chiffre d’affaires et que nos marges y sont supérieures à celles générées sur le continent en raison des spécificités propres à ce marché. Le déroulement des négociations devant aboutir un jour ou l’autre à la sortie du Royaume-Uni est loin d’être idéal car il a déjà provoqué une inquiétude forte parmi les strates de la population qui constituent notre clientèle et un renchérissement des véhicules de loisirs lié à la baisse de la livre sterling contre l’euro. Dans ce contexte, les immatriculations de camping-cars neufs ont toutefois progressé alors que celles de caravanes ont baissé sensiblement. Cette bonne résistance du marché du camping-car est la conséquence d’une politique commerciale agressive ayant entraîné des baisses de marges au niveau de la distribution et des constructeurs. En outre, comme partout en Europe, le déstockage des réseaux de distribution a été général. Trigano a donc été doublement pénalisé durant l’exercice au niveau de la perte de volume de ventes mais aussi, pour sa filiale de distribution, au niveau des marges.

Trigano dispose de capacités de financement plus importantes, quelle va être votre politique de croissance externe ?

François Feuillet : Malheureusement, il ne nous est plus possible de réaliser des opérations d’envergure au risque d’enfreindre les règles européennes de la concurrence. Concernant les constructeurs de camping-cars, nous ne pouvons plus investir que dans des entreprises de petite taille dans l’espoir de les développer. Néanmoins, nous pouvons envisager des opérations de croissance externe dans une logique d’intégration verticale, comme par exemple des fournisseurs de composants stratégiques pour Trigano ou des distributeurs de camping-cars. Par ailleurs, nous restons à l’affût d’opportunités d’acquisitions dans les domaines de la remorque et de l’accessoire pour véhicules de loisirs.

Votre principal concurrent est passé sous pavillon américain, quelles sont les conséquences pour le marché européen ?

François Feuillet : Hymer, qui a toujours été un concurrent respectable, va bénéficier de la puissance financière et de la qualité de gestion de Thor. Toutefois, les synergies engendrées par cette concentration ne me semblent pas importantes pour la partie européenne du fait de l’hétérogénéité des gammes de produits.

Certaines filiales de Trigano dégagent des résultats d’exploitation supérieurs à 10% de leur chiffre d’affaires, est-il possible d’amener l’ensemble des business units du groupe à atteindre ce niveau ?

François Feuillet : Nous avons identifié de nombreux axes d’amélioration de notre rentabilité. Des programmes spécifiques sont mis en œuvre dans plusieurs business units, en particulier pour l’amélioration de la productivité des usines et des achats.

Vous avez annoncé que vous souhaitiez prendre de la hauteur en 2020… Quand aura lieu le passage de relais ?

François Feuillet : Je n’ai pas encore défini la date de mon départ comme président du directoire de Trigano, mais je n’ai pas l’intention de céder le contrôle de l’entreprise et ma famille restera actionnaire majoritaire de Trigano encore de nombreuses années. Depuis 2016, la gouvernance de Trigano a été modifiée pour une structure à directoire et conseil de surveillance. À mon « départ », je compte intégrer le Conseil de Surveillance de Trigano et prendre la direction du comité stratégique au sein du Conseil et continuer ainsi à être moteur quant au développement de Trigano.

Defiler vers le haut
Defiler vers le bas

Trigano Box